Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Inter-National 5 Quilles : Tournoi d'Aoste (Italie)
Carnets de voyage !

Rendez-vous avec le Mont Blanc.
À la différence de beaucoup de compétitions nationales, le tournoi d'Aoste représente incontestablement quelque chose de nouveau, de singulier, d'exotique même. Le nom sans doute, la distance peut-être, l'Italie certainement ! 
Ce qui est assez frappant c'est que cette réalité, parfois un peu flou en fonction des expériences de chacun, ne prend définitivement corps qu'après avoir parcouru un certain nombre de kilomètres.

Et pas n'importe quelle distance ! Une distance nécessaire et suffisante pour nous mener à un lieu où le regard de chacun ne peut être que confronté à ce qui marque définitivement la différence avec les autres tournois : le face à face avec le Mont Blanc ! L'intensité du moment, l'immensité des lieux, et la somptuosité des lumières de fin d'après-midi marque du sceau de l'inoubliable la fin d'un parcours, long, parfois chaotique, souvent ponctué d'échanges autour de ce que va être le tournoi, des attentes de chacun et des perspectives de victoires (ou de défaites) face à des italiens dont peu de joueurs connaissent vraiment le niveau de jeu. Bref, c'est cette rencontre magique qui nous fait définitivement prendre conscience de la réalité des choses : ça y est, enfin, on y est ! Enfin presque ! Car s'il ne reste qu'à peine 60km à parcourir, l'interminable succession de tunnels rend la fin de parcours difficile, presque pénible et l'arrivée à Aoste sera vécue par beaucoup d'entre nous comme un véritable soulagement. Heureusement, il fait beau et le soleil de fin de journée glissant sur les montages qui entourent la ville,  allège quelque peu nos souffrances. Mais bon malgré tout, cela valait la peine ! Aoste en fin de journée d'été c'est autre chose qu'Argenteuil ! Et nous sommes tous là pour 2 jours ½ de ce qui allait rapidement devenir un séjour inoubliable !

Inter-National 5 Quilles : Tournoi d'Aoste (Italie)Aoste, enfin !
Une fois la voiture garée et à peine le pied posé par terre, nous nous dirigeons vers l'hôtel. Un établissement assez caractéristique d'une petite ville de montagne dont l'extrême sobriété du bâtiment et la décoration intérieure nous font immédiatement voyager dans le temps au début des années 80 ! Pour autant, le confort, le calme et la position centrale de l'hôtel (à 200m du centre-ville et à 150m du club) annoncent d'excellentes conditions d'hébergement. Après tout, tout est là, à portée de main et c'est bien cela l'essentiel.

L'accueil se fait dans un excellent français et c'est plutôt surprenant pour ceux voyagent régulièrement en Italie et qui ne connaissent pas la région de la vallée d'Aoste. Ces échanges dans notre langue faciliteront considérablement le séjour. Comme tout bon voyageur, les premiers temps de l'installation sont consacrés au rangement des chemises, pantalons et autres effets personnels... Ce qui remarquable dans ces actes quasi banaux, c'est qu'ils sont en fait réalisé avec beaucoup de plaisir. Un plaisir intense, exalté par l'impatience de découvrir ce que nous sommes tous venus chercher : une salle de billard italienne !

Une fois la porte de la chambre refermée, on goûte pleinement au plaisir de l'hôtel. Je délaisse l'ascenseur pour profiter de l'escalier.  Cela permet sans doute de s'approprier les lieux. J'y croise quelques personnes, des touristes sans doute. On échange un bonjour en italien. Mon accent ne trompe pas, mais c'est agréable de pouvoir au moins saluer les gens dans leur langue... c'est le début de quelque chose !

Une fois dehors, le choix de la direction est tout trouvé : tout droit vers la salle ! C'est vrai que la distance est faible, à peine 150m. Pas de quoi découvrir la ville, mais bon, l'heure n'est pas aux balades dans les vieilles rues, ce sera pour plus tard.
L'extérieur de la salle est différent de ce que l'on peut trouver en France. La façade est totalement vitrée et ressemble à s'y méprendre à une devanture de café ! En fait, c'est exactement ce que l'on retrouve dans les salles commerciales françaises... ou dans un certain nombre de bars. C'est là une différence majeure avec les salles associatives ou municipales que nous côtoyons la plupart du temps. En Italie, comme en Angleterre, en Allemagne, en Espagne ou aux États-Unis, la plupart des billards, y compris les lieux de compétitions (clubs affiliés ou apparentés) se situent dans des salles commerciales. Ceux qui fréquentent les salles commerciales de billard américain en France ne seront donc pas dépaysés, les autres découvriront ou redécouvriront (pour les plus anciens d'entre nous) avec étonnement la pratique du billard dans des lieux de passage ou l'on croise des habitués, des joueurs, des jeunes, des moins jeunes, des joueurs de machines à sous (là encore, c'est une différence notoire avec nos pratiques hexagonales), des filles, des femmes, des couples, bref tout ce qui donne vie à un lieu public et qui inscrit le la salle dans une autre dimension : elle est vivante !
Mais l'endroit n'est pas qu'un simple bar, bien entendu. Accueillir près de 600 joueurs début octobre chaque année, nécessite une infrastructure et des billards en nombre ! Le « snooker » en possède donc 8 qui sont situés dans une salle au fond de l'établissement.

Ce qui frappe le plus ce n'est pas le nombre de tables, mais l'aménagement des tribunes « permanentes » qui peuvent accueillir plusieurs dizaines de spectateurs. C'est vrai qu'ici le billard est plus qu'une institution, c'est également une source de divertissement pour les spectateurs ! Pas étonnant donc de voir des italiens boire leur café tranquillement assis au milieu de l'estrade surplombant les tables, goûtant au plaisir du « ristretto » en regardant quelques quilles tomber ! Je dois dire que cela change considérablement des finales de Ligue jouées dans l'indifférence la plus totale, entre quelques joueurs devant arbitrer, marquer, remettre les quilles en place... sans parfois pas plus d'un ou deux joueurs du club organisateur pour jouer tous les autres rôles, y compris celui de spectateur !

Bref, cela sent bon la différence et cette différence-là fait plaisir à voir !

À peine le temps de faire le tour de la salle que déjà les propriétaires et les organisateurs locaux nous invitent à « l'inauguration officielle de la compétition ». Là encore, comme à chaque fois, l'équipe, puisqu'il faut parler d'équipe, met un point d'honneur à accueillir les participants avec générosité. Au-delà de ce qui a pu être dit ce soir-là, au-delà de ce que les assiettes contenaient et de ce qui a pu être servi au groupe, ce qu'il me semble important de retenir c'est la joie et peut-être même une certaine fierté, de recevoir, pour la toute première fois, un groupe de joueurs français. C'est vrai que la région à une histoire commune avec la France et que des liens forts existent encore. C'est vrai aussi que l'isolement et la difficulté qu'il peut y avoir à franchir la montagne qui nous sépare font que ces rencontres ne revêtent pas tout à fait le même caractèreque d'habitude. Elles ont un côté exceptionnel qui fait tout le charme de ces premiers instants.

L'ambiance est chaleureuse, détendue et l'on sent très vite chez ceux qui ont contribué à la mise en place de cet événement, naître pas mal d'émotion. Le discours d'introduction d'Éric témoignera de cette charge affective qui envahit une grande partie de ceux qui ont fait beaucoup d'efforts ces derniers mois pour que cela ait lieu... et, enfin, nous y sommes ! C'est donc avec plaisir que nous allons partager ces instants avec eux.

Inter-National 5 Quilles : Tournoi d'Aoste (Italie)Pâtes, pizza et billard !
La soirée s'annonce plutôt bien. Le temps est de notre côté et chaque petit groupe va pouvoir faire les choix qui lui semblent les plus opportuns. Certains vont se jeter sur les billards pour se confronter immédiatement avec le niveau des italiens, d'autres vont se ruer vers le bar pour vérifier si la bière italienne est aussi bonne que celle de chez nous, d'autres enfin vont prendre la direction du centre ville pour découvrir, à la nuit tombée, les ruelles anciennes et les restaurants locaux. Pour les aficionados de la pizza, le compte est bon. Pas la peine de courir toute la ville pour trouver une pizzeria, tous les restaurants  italiens en servent ! Pour les pâtes, idem ! Reste à trouver le « petit coin sympa » pour passer une bonne soirée entre amis !

C'est vrai que le centre-ville est petit, mais il est proche de l'hôtel et du club et tous les déplacements se font à pied. C'est plutôt reposant de ne pas à avoir à reprendre la voiture. C'est encore une grosse différence à la majorité des tournois en France. Bon sang qu'on est bien à pied ! Et puis, ce séjour à un petit air de vacances. C'est vrai que pas mal d'entre nous découvrent la région, l'Italie même parfois et ces instants de flânerie restent ma foi fort agréables.

Flâner, c'est une chose, mais manger en est une autre ! C'est donc à l'appel du premier « j'ai faim » que le groupe dans lequel je me suis glissé s'orientera très vite vers un restaurant.

L'attrait de la nouveauté, la convivialité des échanges et la découverte des menus avec les très nombreux « dis donc, c'est quoi ça en français ? », laisseront un bon souvenir aux membres du groupe. C'est vrai qu'un repas partagé en Italie est une occasion rare !

C'est vrai aussi qu'il y avait un air de vacances en cette fin de journée. C'est également vrai que, comme dans toutes bonnes vacances d'été, il n'y a pas de fin de soirée sans glace ! Nous nous mettons en quête d'un glacier !

C'est une autre excellente chose qui nous tend les bras en Italie (après le café, les pâtes et la pizza...) : la glace, ou plutôt les glaces ! De toutes sortes et aux parfums les plus étonnants. Moi même qui n'en suit pas fan, c'est plutôt une excellente façon de terminer la soirée.
Décidément, ce séjour a vraiment le goût d'un séjour en bord de mer... !

La fatigue aidant, les échanges d'après glace laissent rapidement la place à une envie (partagée) d'aller se coucher. C'est vrai également que le fait de ne jouer que le lendemain après midi nous a permis de nous coucher plus tard tout en nous laissant du temps le lendemain pour profiter de la ville.

Un petit tour au marché. 
Ce qu'il y a d'agréable dans ce type de séjour, c'est que l'organisation générale de la compétition nous a permis de passer aussi et surtout (pour les accompagnateurs) du temps en dehors de la salle. La programmation des matchs à des horaires indiqués et respectés est une solution innovante et appréciable ! Exit les mauvais souvenirs des traditionnelles convocations à 8h00 pour attendre, attendre, et encore attendre, parfois jusqu'à la fin de l'après-midi, avant de jouer sa première partie !

Sachant cela, chacun prend donc son temps et vit la première matinée sur place à son rythme, et, à constater le nombre de personnes qui arrivent à la dernière minute pour prendre leur petit déjeuner, ce rythme est plutôt lent. Tant mieux, cela permet au moins de se reposer des fatigues de la veille.

Première surprise en sortant de l'hôtel, le parking qui se situe juste derrière le bâtiment est envahi de chalands ! C'est jour de marché. Un petit marché, coloré et sympathique sur lequel je croise Angélo en quête d'un étui pour son téléphone portable. C'est l'occasion de faire quelques pas ensemble et, pour une fois, de parler d'autre chose que de billard. Ce temps passé à bavarder est vécu sans contrainte, comme ça, juste pour le plaisir d'être ensemble et c'est plutôt très agréable.

Ensuite, nous nous mettons en route vers la salle. Il n'est pas encore midi et elle est déjà pleine. C'est une habitude assez déconcertante pour un étranger, mais ici, tous les âges pratiquent le 5 quilles. Les plus anciens préférant sans doute les plaisirs matinaux, quelques italiens visiblement en retraite, sont là. Des français aussi. Les matchs sont déjà sérieux, chacun essayant de jauger le niveau de l'autre, en espérant peut-être pouvoir le retrouver plus tard dans la compétition.

Le tirage ayant déjà eu lieu la veille, quelques-uns cherchent à connaître leur premier adversaire. Les français se connaissent bien. Les italiens aussi. La confrontation entre les deux groupes s'annonce pourtant pleine de surprises !

L'heure du début de la compétition approche. Plutôt que de retourner en centre-ville pour déjeuner, quelques joueurs décident de déjeuner sur place. C'est vrai que c'est aussi un des nombreux services proposés par une salle commerciale : la possibilité de déjeuner à toute heure, ou presque ! De plus, malgré l'impressionnante amplitude horaire de la salle (ouverte de 7h30 à 4h00 du matin), on y retrouve, toujours avec le sourire, les mêmes salariés, disponibles et courtois, ce qui, compte tenu de la fatigue et des difficultés que certains peuvent avoir à exprimer les choses dans ce qui ressemblait plus à un mélange de français, d'italien, d'anglais, de cht'i et de langue des signes... est un réel exploit ! Bravo à eux et encore merci !

Le déjeuner se passe donc autour d'un panini (on n'est pas en Italie pour rien, non ?) et d'un verre au choix ! C'est, je dois le dire, une excellente façon de passer un peu de temps au club. Un snack rapide, mais plutôt convivial qui renforce l'idée que la compétition n'est pas le but ultime de ce séjour, en tout cas pour une bonne partie d'entre nous !

L'attente n'est pas pesante, elle permet même de découvrir plus amplement la salle, et, à l'appel du directeur de jeu, nous nous dirigeons tous vers les billards pour la traditionnelle photo de groupe ! Les joueurs ont le sourire. Le temps est à la décontraction. La convivialité est forte et le temps partagé à se mettre en rang me rappelle un peu les premiers temps au 5 quilles, il y a même dans cette décontraction un peu de l'aventure du snooker en France. En tout cas les premières années.

Visiblement, l'ambition partagée par tous, ou presque n'est pas de réaliser un exploit sportif ou de montrer à l'autre qui est le plus fort. L'heure est bien au partage et c'est aussi pour cela que le séjour laissera un souvenir bien plus agréable que celui d'un ranking où les points, les sets, les matchs et les places au classement se gagnent beaucoup plus âprement, avec parfois un tout autre état d'esprit.

Même si la photo de groupe peut paraître traditionnelle, je trouve qu'elle rend compte assez bien de l'ambiance qui règne en ce début de séjour ! Les italiens savourent notre présence et nous nous réjouissons de les retrouver en poule... Le tournoi peut débuter !

Inter-National 5 Quilles : Tournoi d'Aoste (Italie)Jeu, set et match ! 
L'autre avantage exceptionnel de la formule du tournoi est de n'éliminer personne le premier jour. Les poules sont donc faites pour distinguer deux groupes, ceux qui intégreront le tournoi A et ceux qui participeront au tournoi B. La pression n'est donc pas très forte. C'est plutôt de la difficulté d'adaptation au matériel et du niveau assez « dense » des joueurs locaux que devront venir les analyses des victoires et des défaites de chacun. Pour des informations détaillées, vous pourrez vous reporter aux tableaux joints. Je ne ferai pas la description des poules et des matches « à surprise » ou « pas ». Ce qui me semble plus important c'est de rendre compte du niveau général des italiens qui nous étaient opposés dans les poules.

Pas de débutant (on s'y attendait), pas de mauvais techniciens non plus, pas de mauvaises humeurs (ça change un peu) et, globalement, un niveau supérieur à ce que nous pouvions leur opposer. A la fin du premier jour, on retrouve d'ailleurs plus de joueurs italiens que de français dans le tournoi A, et, globalement, plus de joueurs italiens aux premières places des deux compétitions. C'est d'autant plus surprenant qu'il n'y avait que 3 ou 4 (sur les 24 italiens) joueurs d'autres clubs. C'est donc à une rencontre entre un club local et une sélection des meilleurs joueurs du circuit national à laquelle nous avons pu assister ! C'est dire que le niveau des joueurs de ce club, sans être exceptionnel puisqu'un seul joueur italien était clairement identifié comme du même niveau qu'Alexandre ou Angélo, était beaucoup plus dense que je ne le pensais. Ni beaucoup plus fort, ni beaucoup moins fort, mais beaucoup plus homogène et surtout, impressionnant de décontraction et de régularité. Voilà ce que je retiendrai du premier jour de compétition. Quelques parties perdues de peu, dont la plupart à cause d'un excès de précipitation ou d'une mauvaise gestion d'une avance au score. Pas mal d'erreurs sur les filoto et, d'un point de vue global, des performances françaises plutôt inférieures au niveau habituel. L'opposition de style et le niveau des adversaires y étant sans doute pour beaucoup.

La première phase de la compétition se termine donc assez tôt pour les poules convoquées à 14h00, ce qui laisse quelques joueurs français sur leur faim, mais qui autorise des escapades dans la ville ou dans la vallée qui sont toutes aussi agréables que de passer du temps (parfois trop) dans une salle de billard.

Les plus frustrés pourront revenir jouer jusque tard dans la nuit (certains faisant même la fermeture), d'autres iront profiter de l'environnement et des animations festives du centre-ville.

Comme beaucoup, j'aurai passé pas mal de temps au café ! Une fois n'est pas coutume me direz-vous ! Je dois avouer un certain penchant pour le café « serré » italien (ristretto). L'odeur, le goût, la texture...le prix peut-être (0,80 euro la tasse), le soleil, les  terrasses, les italiennes... et la convivialité des échanges autour de ce breuvage noir et chaud, sans aucun doute ! D'autres lui préféreront « l'allongé »  (americano), plus traditionnel et moins éloigné de nos cafés « français » (n'est-ce pas Jean-Sébastien ?). Chacun ses goûts. En tout cas, ces moments partagés à 2, à 4 ou en groupes plus grands resteront pour moi l'un des meilleurs souvenirs de cette aventure. Comme quoi, il suffit de peu, non ?

Inter-National 5 Quilles : Tournoi d'Aoste (Italie)Une pizza sinon rien ! 
Le soir venu, le groupe entier (et les accompagnateurs)  donnent rendez-vous dans le restaurant qu'Éric et Sylvain avaient repéré lors de leur séjour précédant. Nous arrivons peu de temps avant les autres et nous optons pour la salle en sous-sol !

Première surprise, les prix ! Les pizzas sont proposées à 4-5 euros, pas plus ! Surprenant et plutôt inhabituel ! Malheureusement, la taille des groupes,  le nombre des clients auront rapidement raison de la vivacité des serveurs. Nous attendrons longtemps, longtemps. Mais bon, pas aussi longtemps que Jean-Pierre qui, plus d'une heure après avoir commandé une belle viande aux champignons, acceptera de bonne grâce un pauvre steak au poivre ! Comme quoi, il n'y a pas que dans les brasseries de Maison-Alfort que les serveurs sont sourds, aveugles et marchent à deux à l'heure !

Heureusement qu'il y aura une glace. Ah, cette fameuse glace ! Elle deviendra au fil des jours une quasi-tradition, un incontournable, réconfortant, goûteux, revigorant, alléchant et franchement plaisant ! Certains en auraient même fait leur plat principal (comment fais-tu pour en manger autant Laurent ?), mais, là, il aurait fallu arriver avant que les bacs ne soient à moitié vides (à moins que Laurent ne soit passé par là avant nous sans le dire) !

La soirée sera un peu humide, ce qui écourtera les ballades en ville et ramènera pas mal de joueurs à l'hôtel plus tôt que prévu. Après tout, ce n'est pas plus mal. Le club n'est pas loin et il est toujours possible d'aller faire quelques parties ! Signalons au passage que les propriétaires du club feront l'effort de concéder aux joueurs français un tarif « licenciés », ce qui ramènera le prix horaire de 7 euros à moins de 3 euros de l'heure. C'est un geste qu'il faut souligner, car, dans ce type de commerce, un tel effort ne va pas de soi du tout.

Déjà dimanche ! 
Après avoir parcouru les rues de la ville de bout en bout, on se lasse un peu du centre que l'on trouve un peu petit. C'est alors l'occasion de se poser en terrasse... autour d'un « ristretto » et de prendre le temps de parler un peu de la suite du tournoi.

Tout le monde semble apprécier les billards. Les tapis sont un peu usés, mais la qualité est là, les italiens aussi ! Ils vont même créer quelques surprises dans le tournoi B (que je croyais sincèrement à la portée de Sylvain, Jean-Pierre, Pascal ou Bruno) et s'imposer sans trop « forcer » : 1er et 2e ! On ne pouvait pas faire mieux !

Dans le tournoi A, les ½ finales opposent un français à un italien sur chaque billard. C'est un peu fait exprès, même si le tableau nous avait proposé autre chose. Après tout, ce n'est pas plus mal. C'est ce que nous étions venus chercher : une opposition France-Italie.

Inter-National 5 Quilles : Tournoi d'Aoste (Italie)Sur le billard nº 1, il faudra un Angélo en très grande forme tactique pour terrasser celui dont j'avais fait le grand favori de l’épreuve : Sandro Burgasi. La performance de notre nouveau joueur de Nandy est donc d'autant plus remarquable que ce joueur italien (le seul classé en Nationale) était, selon moi, le plus fort technicien présent ce week-end.

C'est vrai que dans les grandes occasions,  il n'y a qu'Angélo pour hisser son niveau de jeu très haut. Bien qu'ayant dominé le jeu dans le premier set, Sandro est resté à deux doigts (4 points) de conclure le match sur un petit point de carambole raté (!), mais après cette terrible erreur, il n'a pratiquement plus revu la bille ! Il a été muselé par un Angélo très accrocheur et particulièrement fort en défense ! Bravo ! Encore une performance exceptionnelle !

Sur le billard nº 2, Alexandre est tombé contre le président, directeur de jeu, animateur du tournoi, organisateur de soirées... et j'en passe : le sympathique Antonio Manna, en permanence sur la brèche depuis 2 jours ! Je le pensais fatigué. Grave erreur ! Il n'a rien loupé ! Attaque, défense, attaque, défense... 2 sets à zéro et gros écart ! Alexandre avouera après le match être tombé sur plus fort que lui « techniquement » et « tactiquement » !

Peu de temps après la finale réunie beaucoup de spectateurs. Les italiens sont là en nombre. Les français aussi, tous derrière Angélo ! C'est ça aussi le côté agréable du tournoi, voir des joueurs plutôt individualistes former un groupe pour supporter le dernier représentant français !

La finale parlons en, au moins un peu puisqu'elle est représente le dernier de cette merveilleuse pièce. Un peu décevante côté français puisque Angélo n'a pas pu se ressourcer et est  rapidement apparu « vidé » des efforts consentis pour faire la différence en ½ finale. De son côté, Antonio est resté égal à lui même : attaque, défense, attaque, défense... sans erreur ou presque. Le plus frais a été le plus fort. Mais personne n'a vraiment gagné ou perdu cette finale. Nous avons tous vécu des moments sportifs et extra sportifs suffisamment forts pour sortir grands gagnants de cette dernière journée.

Mais bon, puisqu'il en fallait un, ce fut Antonio. Au four et au moulin tous les jours... et heureux gagnant du 1er tournoi France-Italie de la Vallée d'Aoste ! Son nom restera gravé dans les annales ! À qui le tour maintenant ?

Inter-National 5 Quilles : Tournoi d'Aoste (Italie)Le verre de l'amitié ! 
Et voilà, ça y est. C'est terminé. Enfin presque. Reste la traditionnelle remise des récompenses, avec pour une fois, la présence de tout le monde, gagnants, perdants, français et italiens. Tous réunis autour de quelques charcuteries locales et du (ou des) verre(s) de l'amitié.

Chacun des organisateurs ira de son petit mot de remerciement. Une phase sympathique même si elle interrompt des relations amicales naissantes que l'on aurait bien vu continuer un peu. Les italiens ont apprécié. Les français aussi. Gageons que cet événement qui aura demandé beaucoup d'efforts aux organisateurs sera reconduit. Oh bien sûr, il faudra peut-être trouver quelques aménagements çà et là, mais globalement, la formule est bonne, très bonne même. Elle a permis à beaucoup de joueurs français de découvrir une région, une ville, un club et des êtres humains passionnés comme nous par un jeu qui n'a pas beaucoup de sens, pousser des billes et faire tomber des quilles ! Mais que voulez-vous de plus ? Il n'y a rien de mieux que de constater que malgré les différences de langue et de culture, le billard a été capable de sceller des amitiés fortes. Celles-là sont transalpines et c'est sans aucun doute la plus belle réussite de cette épreuve peu commune.

Merci Éric

Inter-National 5 Quilles - Résultats du tournoi d'Aoste 2008

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

Visiteurs 2017

467581

Soutenez 5quilles.fr

Kozoom Mag